Etre blanc

par Julien | Version PDF

En apparence, qui est vraiment blanc ?

      Une couleur de peau se situe entre le blanc et le noir, mais si on se compare à l'autre on se rend compte qu'on est tous de couleurs différentes. C'est le constat que j'ai pu faire étant très jeune.  Ensuite, en m'intéressant à l'Histoire des différents peuples, je me suis retrouvé dans chacun, étant de diverses origines, européennes pour ce que j'en sais (France, Pologne, Allemagne) et sûrement que d'autres ancêtres qui constituent mon arbre généalogique viennent d'autres continents.  Bizarrement, quand je pense au « Peuple blanc » je ne peux m'empêcher de penser « génocides, traîtrises, conquêtes, etc ». Mais je pense aussi à des artistes, des philosophes, etc…

Assez tôt j'ai su ou cru savoir que la couleur de peau avait peu d'importance, ayant un frère avec qui je n'ai pas le même père (lui était guadeloupéen, ma mère française). Quand on disait de lui qu'il est métisse je prenais ce qualificatif pour moi aussi. Cela m'a donné envie, plus tard, de me nourrir de lectures telles que Aimé Césaire ou Frantz Fanon, mais aussi de Rimbaud ou Nietzsche et de me sentir proches de ces auteurs par leurs cultures. Non, décidément, je ne me sens pas « blanc » mais plutôt arc-en-ciel. D'ailleurs, si tu me regardes attentivement, tu verras du bleu, du rose, du brun, du noir, du rouge…

     Et si je reste bouche bée quand j'entends quelqu'un dire, dans le public d'un concert, « vas-y Bamboula » simplement parce que l'artiste sur scène est noir, je continuerais à croire que le racisme est de l'ignorance, une ignorance terrifiante…

Sommaire Article suivant

Commentaires fermés.